SOS Maîtresse

Travailler en atelier au cycle 3

Le fonctionnement en atelier est très répandu en maternelle et favorise l’autonomie de ces jeunes élèves : un groupe est dirigé, les autres travaillent de manière autonome. Ce fonctionnement, parfois long à acquérir, est abandonné dès l’entrée en CP dans la plupart des cas…

Étant cette année dans une classe de cycle 3 avec un triple niveau, je vais essayer de mettre en place des ateliers puisque chaque niveau sera de toute façon en autonomie à un moment ou à un autre de la journée. Cette organisation devrait permettre d’être plus à l’écoute des élèves de chaque niveau, de gérer d’un peu plus près l’hétérogénéité de la classe, de favoriser le travail de groupe et de faciliter les transitions entre travail dirigé et travail en autonomie.

Je vous joins l’emploi du temps que je prévois de mettre en œuvre cette année (je ne travaille qu’à mi-temps dans cette classe). Ceci est un essai et les commentaires à venir vous diront si le fonctionnement en atelier dans ma classe est aussi bénéfique que prévu…

Catégories : Organisation de classe | 2 Commentaires

2 réponses à “Travailler en atelier au cycle 3”

  1. SOS Maîtresse dit :

    Les ateliers mis en place sont très satisfaisants : les élèves sont très autonomes et ce, de plus en plus.
    La remédiation pour les élèves en difficulté est largement favorisée.
    Les élèves manipulent, jouent, travaillent à l’écrit, à l’oral.
    J’ai mis en place des « roues » pour permettre à chaque groupe de savoir s’il a le droit de chuchoter, de parler en levant le doigt ou s’il est en autonomie totale. Résultat : la classe est assez calme.

  2. SOS Maitresse dit :

    Les ateliers tournaient sur la journée et chaque groupe avait un temps d’atelier dirigé dans la journée. Un atelier était dirigé et je ne m’occupais que de cet atelier ; les autres ateliers étaient des activités de recherche, de réinvestissement, de copie, de production autonome de synthèse pour les CM2 notamment. Ce qui était important pour que les ateliers fonctionnent correctement c’est que les élèves qui travaillaient sans mon aide puissent réellement réaliser la tâche demandée (consignes bien comprises, critères de réussite et but explicites) et que l’atelier dirigé soit un temps efficace de remédiation, de mise en commun, de synthèse, de temps sur internet (je disposais d’une classe mobile).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *